Irrégularités

Tripatouillages électoraux à Mimongo : le PDG et son candidat giflés par la cour constitutionnelle

Tripatouillages électoraux à Mimongo : le PDG et son candidat giflés par la cour constitutionnelle
Tripatouillages électoraux à Mimongo : le PDG et son candidat giflés par la cour constitutionnelle © 2022 D.R./Info241

La cour constitutionnelle saisie par l’opposition gabonaise, a vidé mardi le recours en annulation des trois législatives partielles organisées le 15 octobre dernier dans 3 circonscriptions. Si la victoire des candidats du Parti démocratique gabonais (PDG) a été confirmée à Tchibanga et dans la Zadié, cela n’a pas été le cas pour Mimongo où la cour a prononcé l’annulation des résultats en raison de plusieurs conditions troubles qui ont entachées l’issue du scrutin.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Législatives partielles d’octobre : le parti d’Ali Bongo rafle les 3 sièges de députés mis en jeu

Non, le candidat démissionnaire du Parti social démocrate pour le PDG, Charles Sadié, n’est pas pour l’heure le député élu du premier siège du département de l’Ogoulou à Mimongo (Ngounié). Ainsi en a décidé hier les 9 juges de la cour constitutionnelle, saisis par ses différents challengers. Parmi eux la candidate du PSD qui a révélé à la cour plusieurs irrégularités qui auraient profité au candidat du parti d’Ali Bongo.

Les adversaires de Sadié ont notamment relevé l’inaccessibilité, pour mauvais état du réseau routier de certaines localités dans le département de l’Ogoulou, notamment dans le Haut-Bikobi, n’ayant pas permis au bureau local du CGE de s’y rendre pour s’imprégner du déroulement du scrutin. A cela s’ajoute l’usage d’un véhicule administratif par un cadre du PDG pendant la campagne aux côtés du candidat du parti au pouvoir.

Le sommet de ces irrégularités étant le transport des urnes par un véhicule conduit par le suppléant du candidat du PDG en direction du Haut-Bikobi. Toute chose qui a conduit la cour constitutionnelle à annuler le scrutin remporté à plus de 60% par Charles Sadié. Une victoire pour le PSD qui a bataillé pour cette annulation aux cotés du RHM et du candidat indépendant ayant pris part à cette joute électorale.

Cette décision est aussi au révélateur des actes troubles et antidémocratiques commis par les acteurs politiques du parti au pouvoir dans l’objectif de l’emporter à tout prix face à leurs adversaires. La partielle annulée devra être réorganisée par le Centre gabonais des élections dans un délai de 2 à 4 mois, a statué hier la cour.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article