Meurtre par décapitation

Pour avoir décapité à la machette un boutiquier, un gabonais écope de 30 ans de prison

Pour avoir décapité à la machette un boutiquier, un gabonais écope de 30 ans de prison
Pour avoir décapité à la machette un boutiquier, un gabonais écope de 30 ans de prison © 2022 D.R./Info241

La cour criminelle de Port-Gentil a délibéré ce mercredi sur un crime odieux indescriptible. Un gabonais de 32 ans, a ôté la vie par décapitation il y a 5 ans, à un boutiquier dans un village près de Port-Gentil en espérant mettre la main sur la bagatelle somme de 3 millions. Un meurtre purement gratuit puisque le braqueur-tueur repartira bredouille de la boutique après son crime. En répression, la cour l’a condamné à 30 ans de prison et à 10 millions d’amende.

Info241 sur Whatsapp

La main de la cour criminelle de Port-Gentil statuant publiquement ce 22 juin, n’a pas trembler pour punir sévèrement Donald Dikobou qui avait tranché à la machette la tête d’un boutiquier, David Adjanhou, à Mifouma 1 dans le département de Ndoungou. Les faits remontent au 3 mai 2017. Tout serait parti d’une conversation de la victime qu’aurait surpris le tueur de sang-froid. En effet, David Adjanhou attendait de toucher une tontine de 3 millions de sa sœur ainée.

Un crime innommable

Pour bien planifier son coup à venir, Donald Dikobou alla avec d’autres dans un karaoké organisé par les habitants du village Mifouma 1. De cette soirée, il croisa Jahurus Moukala Mavoungou, son ami de toujours. De là, ils fumèrent du chanvre indien mélangé à un peu d’héroïne. Le tout agrémenté de quelques bières. Le lendemain, en manque de cigarettes pour se détendre, Donald Dikobou s’est empressé d’aller à la boutique, le lieu du meurtre, armé d’une machette.

Le tueur de sang-froid répondant de ses actes hier devant la justice

Chemin faisant, il commanda encore deux doses de kaï-kaï pour se mettre en jambes. De là, une bagarre générale éclata avec la victime. Il assènera à sa victime un premier coup au niveau du cou avec la machette. Puis un second au même endroit. Le coup de grâce parvint avec le troisième au niveau de la partie basse de la nuque. C’est ainsi que la tête fut tranchée. David Adjanhou succomba à cette effroyable bagarre dans une mare de sang.

L’appât du gain par le crime

Face au corps inerte du boutiquier, Donald Dikobou ferma les portes pour fouiller de fond en comble ledit commerce pour soutirer les sous. En vain ! L’argent n’était pas encore arrivé à bon port. Au contraire, il sortira de cette boutique avec un meurtre au dos et un montant de 45 000 FCFA, un lecteur DVD, une chaînette et un appareil numérique. Avant de prendre la poudre d’escampette par la porte arrière. En cavale, il trouvera refuge chez son ami chez qui il avouera son crime odieux.

Fort heureusement, il fût arrêté en pleine fuite entre Mpaga et Ndoungou par les éléments de la gendarmerie, après que son pote ait vendu la mèche aux gendarmes car il avait oublié sacoche près du corps du défunt lors de son crime. Devant le juge d’instruction, il reconnu les faits. « Je me suis rendu chez le boutiquier afin de réclamer l’argent issu de la vente des pointes d’ivoire. C’est alors que l’idée de l’argent m’est revenue. Et là je lui ait assommé plusieurs coups avec la machette », a-t-il révélé. En ajoutant : « Je n’avais pas l’intention de le tuer. Mais l’argent a guidé ma soif ».

L’audience

Ce mercredi 22 juin, à la barre au cours de son procès, il a réitéré ses déclarations faites à l’enquête préliminaire. L’avocat général a requis la culpabilité de l’accusé et sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle après avoir rajouté qu’il n’y a en la cause aucune circonstance atténuante, encore moins de sursis. Pour la défense, Me Lin-Joël Ngandu, a plaidé coupable tout en sollicitant de la cour que ce dernier soit admis au bénéfice du sursis. La sœur aînée du défunt s’est constituée partie civile et a par ailleurs réclamé la somme de 10 millions FCFA en dommages et intérêts. Une demande recevable à la forme et au fond.

Une vue de la cour

En somme, la Cour criminelle a déclaré le prévenu coupable du crime de meurtre et l’a condamné à 30 ans de réclusion criminelle et à 10 millions de francs CFA comme amende pour la partie civile. In fine David Adjanhou a été tué pour une somme d’argent qui ne l’appartenait même pas et dont il n’était pas rentré en possession. La sévérité de la justice gabonaise dans cette affaire au palais de justice de Port-Gentil, a été applaudie par plus d’un suite à ce cas de meurtre. Les autres criminels ou ceux qui oseront sont donc avertis.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article