Clicky


Amour interdit

Port-Gentil : Sans le savoir, il entretenait une relation amoureuse avec la fille de sa tante

Port-Gentil : Sans le savoir, il entretenait une relation amoureuse avec la fille de sa tante
Port-Gentil : Sans le savoir, il entretenait une relation amoureuse avec la fille de sa tante © 2022 D.R./Info241

L’amour n’a pas d’âge, pas de sexe encore moins d’ethnie, a-t-on l’habitude de dire. Mais, est-ce vraiment normal de tomber amoureux d’une personne de sa propre famille ? C’est l’histoire deux jeunes gabonais qui ont découvert que très récemment qu’ils étaient cousins. Ils ont été contraints de renoncer à leur union ce mercredi au cours d’une réunion de famille dans la capitale économique gabonaise. Ce, malgré qu’ils attendaient un enfant. Retour sur cet amour interdit.

Moov Africa

En 2002, un garçonnet de 6 ans portait sa très chère et tendre cousine Blandine naissante dans ses bras. À cette époque bien évidemment, personne n’aurait pu imaginer que, 20 ans plus tard, leur rencontre allait changer leurs liens en une belle et grande histoire d’amour. Roland Mitoumba et Blandine Moussavou sont des cousins au premier degré (frères et sœurs consanguins). Et pour cause, la mère de Roland et la mère de Blandine sont des sœurs de même père, même mère, a-t-on souvent l’habitude de dire.

Deux parcours différents

À cette époque à Lambaréné le chef-lieu de la province du Moyen-Ogoué, Roland le bambin, était très timide et restait le plus souvent bouche cousue. Après avoir fait ses études primaires et secondaires dans cette ville où il a eu son bac, il décide de rallier la capitale administrative pour y suivre une formation qualifiante. Pendant ce temps, la belle et ravissante Blandine Moussavou était aux côtés de ses parents au niveau de Port-Gentil. Obtenant son baccalauréat série B quatre ans après son cousin, elle s’inscrit dans un institut privé où elle obtient sa licence en marketing.

Âgée alors de 20 ans, elle trouve un stage dans une société de prestation de la capitale économique. C’est alors que Roland ne pouvant plus joindre les deux bouts, décide de poursuivre l’aventure au niveau de la ville du Sable auprès d’un ami d’enfance à la hauteur du quartier Salsa, dans le 3e arrondissement. Il aura fallu attendre le temps d’une fête en boîte de nuit, pour voir l’union se souder entre les deux, sans jamais savoir qu’ils étaient liés par les liens du sang.

La rencontre des tourtereaux

Nous sommes en mars 2018 quand tout a commencé, au quartier printemps, lieu où dès la nuit tombée « tous les chats sont gris ». Aux environs de 23h, Roland dans une boîte de nuit, croise deux filles assises seules. Pour avoir apprécié le nez aquilin, les cheveux joliment nattés et les formes rondes de Blandine, il s’est empressé de s’asseoir afin de converser avec elle. Son regard selon lui était focalisé sur la belle métisse. Tournée après tournée, Blandine prît congé de sa copine pour aller manger un bout avec Roland pas loin de là. En discutant et surtout sur proposition de « Roro », ils décidèrent alors de passer la nuit ensemble.

De fil en aiguille, personne ne se doutait de rien au point où, Blandine tomba enceinte de son cousin 4 mois avant le décès de la mère de celui-ci en 2021. C’est à la veillée mortuaire au cours des présentations familiales que les deux tourtereaux ont su qu’ils étaient parentés étroitement. À partir de cet instant, ils savaient qu’ils s’engageaient l’un envers l’autre pour la vie certainement, car lié surtout par un fœtus. Pour Blandine, l’avis des proches est une condition sine qua non à la poursuite de cette relation, par contre pour Roland, peu importe ce qu’en dira l’entourage, « On ne va pas demander de permission ».

L’amour face aux mœurs

Les cartes étaient donc rebattues. Impossible pour Blandine de dire à son père qu’elle est enceinte du fils de la sœur de sa mère. Une honte pour la famille ! C’est ainsi que les deux concernés décident de regagner leur foyer. Ensemble, ils voulurent fonder une famille. Vue que leur progéniture était à risque, ils ont de commun accord mis un terme à leur union mercredi dernier, avant bien évidemment une réunion familiale d’une extrême urgence. Entretemps, Blandine a volontairement décidé malgré tout, de garder l’enfant qu’elle porte.

Il faut dire que dans notre société actuelle, les sujets tabous qui datent de nos aïeux tombent les uns après les autres chaque jour qui passe. Malheureusement, rare sont les mœurs qui empruntent le chemin inverse : acceptées autrefois, aujourd’hui stigmatisées. Ce cas est une illustration parfaite du monde actuel. Ce problème est dû au fait que, certaines familles aujourd’hui acceptent délibérément de cacher le lien familial qui les unit. Ce qui pourrait avoir des lourdes conséquences.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article