Clicky


Réaction

Partielles d’octobre : Battu par le PDG, le PSD dénonce la mauvaise organisation du scrutin

Partielles d’octobre : Battu par le PDG, le PSD dénonce la mauvaise organisation du scrutin
Partielles d’octobre : Battu par le PDG, le PSD dénonce la mauvaise organisation du scrutin © 2022 D.R./Info241

Pierre Claver Maganga Moussavou, président du Parti social démocrate (PSD, opposition modérée) a animé ce mercredi son traditionnel Forum de la presse. Au menu les dernières élections partielles du 15 octobre remportées par le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968) d’Ali Bongo. Le leader du PSD a accusé la mauvaise gestion du scrutin par le Conseil gabonais des élections (CGE) et menacé de déposé un recours en annulation.

Moov Africa

Au lendemain des élections législatives partielles à Mimongo, Pierre Claver Maganga a porté un regard critique vis-à-vis de l’organe chargé d’organiser les élections au Gabon, le Conseil Gabonais des élections (CGE). « Je demande à ce que cette équipe n’est plus à apparaître nul part et que monsieur Bibalou n’est pas à être reconduit », a-t-il soutenu d’un ton ferme le candidat à l’endroit du bureau décrié du CGE.

Une vue de l’assistance à ce Forum de la presse du PSD

Bien que le Parti démocratique gabonais ait remporté les législatives partielles de Mimongo, le président du PSD a dénoncé les conditions dans lesquelles se tenaient ces élections. Selon le leader politique, les routes dans cette localité où se déroulait le vote étaient impraticables. Il était difficile pour les candidats de se rendre dans certains villages.

« Le CGE doit organiser les élections dans la transparence, dans les bonnes conditions », a martelé Pierre-Claver Maganga Moussavou, visiblement remonté. Il a par ailleurs promis faire un recours auprès des autorités compétentes suite au déroulement des élections dans le département de la Zadié. « Je ne sais pas quand, mais un recours sera certainement engagé par le PSD à l’issue de ces élections pour montrer que trop c’est trop », a-t-il plaidé.

Outre les élections, le candidat à la présidentielle de 2023 et ancien vice-président de la République a présenté un document, il s’agit d’une attestation de cessation de fonction qui date de mai 2018 mais que ce dernier a reçu que le 21 octobre 2022 ! Pierre-Claver Maganga Moussavou a dénoncé cette incongruité.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article