Prestation de serment

Ossouka Raponda représente Ali Bongo à l’investiture du président centrafricain

Ossouka Raponda représente Ali Bongo à l’investiture du président centrafricain
Ossouka Raponda représente Ali Bongo à l’investiture du président centrafricain © 2021 D.R./Info241

Alors qu’Ali Bongo assurait dans une interview dimanche à Jeune Afrique, « avoir de l’énergie à revendre » malgré le violent AVC qui l’a terrassé lors d’un voyage à l’étranger, il continue de briller par son absence à l’international. Hier, encore c’est la Première ministre gabonaise Rose Christiane Ossouka Raponda qui a dû le représenter à l’investiture du président centrafricain Archange Touadéra. A Bangui, Ossouka Raponda a assuré le service minimum de cette absence internationale prolongée depuis 2018.

News sur WhatsApp

Ali Bongo n’a pas fait le déplacement de Bangui pour l’investiture du président Faustin Archange Touadera dont la légitimité et la victoire à la présidentielle du 27 décembre sont contestées par ses opposants. Selon la primature gabonaise, "la présence de la Première ministre à cet événement atteste de l’excellence des relations bilatérales et des liens de fraternité et d’amitié profonds qu’entretiennent le Gabon et la République Centrafricaine".

La Première ministre gabonaise au cours de cette cérémonie

Avant cette cérémonie de prestation de serment, l’envoyée spéciale d’Ali Bongo en Centrafrique s’est entretenue avec le président réélu pour un second mandat à la tête d’un pays fractionné. Au cours de cette audience, Rose Christiane Ossouka Raponda a porté un message d’Ali Bongo à son homologue dont la teneur n’a pas été dévoilée. La primature a indiqué que le Gabon continuerait "de fournir ses efforts afin de parvenir à une paix durable en Centrafrique".

Des efforts de paix appuyés par l’appel au "dialogue républicain" du président réélu à la classe politique centrafricaine. Le tout dans un pays où leaders politiques et candidats à l’élection présidentielle du 27 décembre dernier sont interdits de sortie du territoire. Une interdiction qui vise notamment les opposants Anicet Georges Dologuélé, Martin Ziguélé ou encore Abdou-Karim Meckassoua. «  Mon vœu est, qu’au terme de ce mandat, il n’y ait plus aucun groupe armé actif sur le territoire national », a souhaité Faustin Archange Touadera.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article