Palabre présidentielle

Noureddin Bongo gronde le patron de la SEEG pour le « manque d’eau » au Prytanée militaire

Noureddin Bongo gronde le patron de la SEEG pour le « manque d’eau » au Prytanée militaire
Noureddin Bongo gronde le patron de la SEEG pour le « manque d’eau » au Prytanée militaire © 2021 D.R./Info241

Noureddin Bongo Valentin prend très au sérieux ses fonctions de coordinateur général des Affaires présidentielles auprès de son père. Dans une lettre datée du 4 mai qui a fuité ce jeudi, le fils d’Ali Bongo n’hésite pas à tirer les oreilles au directeur de la société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), Alain Patrick Kouma, au sujet des « difficultés quotidiennes d’approvisionnement en eau courante » du Prytanée militaire, un établissement d’enseignement secondaire rattaché à la Présidence gabonaise.

Moov Africa

Nommé le 31 janvier 2020 par conseil des ministres, Alain Patrick Kouma est déjà dans le collimateur de la Présidence gabonaise ou du moins du coordinateur général des affaires présentielles. Mécontent de la situation de l’établissement militaire présidentiel, le fils d’Ali Bongo a saisi officiellement le directeur général de l’entreprise publique ayant le monopole de la distribution d’eau dans le pays. Et pour cause, le Prytanée militaire cher à son père, manquerait cruellement d’eau dans la formation des futurs militaires gabonais.

Dans sa lettre qui a fuité ce jeudi, Noureddin Valentin relève les difficultés d’approvisionnement en eau potable que connait l’établissement militaire. Ceux-ci « durent depuis bien longtemps, auraient un impact considérables, on seulement sur les commodités de vies, d’études et de travail, mais également sur la préparation physique des Enfants de Troupe », écrit-il mécontent au DG de la SEEG. Ainsi, ces élèves « se trouveraient amputés d’une aptitude (la natation) dont l’utilité est de mise au cours de leur formation au sein des académies militaires à travers le monde », rappelle-t-il.

Avant de sommer le premier responsable de la SEEG à s’exécuter : « Aussi, tenant compte de l’importance que revêt le Prytanée militaire dans la politique de formations des jeunes gabonais, le Chef de l’Etat me charge-t-il de vous inviter au lancement des travaux nécessaires à la résolution de cette problématique de manque de l’eau dans cet établissement dans les meilleurs délais ». Le fils d’Ali Bongo termine sa missive en rappelant la « tolérance zéro » de son père à l’égard de la corruption, comme si cette situation en était l’illustration.

Les yeux sont désormais rivés sur la SEEG, sommée de faire les travaux nécessaires de la part du porte-voix d’Ali Bongo. Une compagnie sur la sellette depuis plusieurs années après sa réquisition forcée à l’ancien concessionnaire français Véolia. L’entreprise reprise par l’Etat peine toujours à approvisionner les populations tant en eau potable qu’en électricité, rationnant ses clients en fourniture d’énergie tout en ayant pris soin d’augmenter les tarifs de ses services au public.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article