Femmes Actives
Mise en garde

Mort de Gaël Ongone : les autorités gabonaises mettent en garde les « fauteurs de trouble »

Mort de Gaël Ongone : les autorités gabonaises mettent en garde les « fauteurs de trouble »
Le jeune élève de 19 ans mort dans des circonstances troubles vendredi à Owendo © 2021 D.R./Info241

Alors que des heurts ont éclaté mardi, entre élèves du lycée technique national Omar Bongo et les policiers, le gouvernement gabonais avait dès la veille mis en garde les élèves et les acteurs éducatifs. Dans un communiqué daté du 1er novembre, le ministère de l’Education nationale qui annonçait déjà à cette occasion le décès de Gaël Ongone Nkoume, jeune élève de 19 ans, avait prédit que des « fauteurs de trouble » s’en saisiraient « pour perturber davantage l’année scolaire ». D’où cette mise en garde qui n’a visiblement pas tenu hier.

Moov Africa

Lire aussi >>> Heurts entre élèves et policiers suite au décès trouble d’un élève de 19 ans d’un autobus

Alors que l’on est toujours dans l’attente des conclusions de l’enquête sur les circonstances réelles ayant entrainé la mort vendredi dernier, d’un élève du lycée technique d’Owendo, les rumeurs fusent. Pour tenter de prévenir leurs incidences sur la vie scolaire, les autorités gabonaises avaient dès ce lundi, tenu à prévenir les élèves et administratifs sur d’éventuels troubles liés à cette tragédie qui endeuille le monde éducatif gabonais.

L’élève disparu vendredi

« Le ministre, Pr Patrick Mouguiama-Daouda, l’administration publique scolaire, et l’ensemble des collaborateurs ont appris, avec une profonde consternation, le décès de l’élève Gaël Ongone-Nkoumé, inscrit en classe de terminale CG3, au lycée technique national Omar Bongo, survenu le vendredi 20 Octobre 2021, au Centre hospitalier universitaire d’Owendo (CHUO) », a annoncé le ministère dans son communiqué.

« Ce décès tragique attriste profondément la communauté éducative nationale, autant que la famille du défunt », martèle l’Education nationale. Avant de lancer qu’en conséquence, « la tutelle ne saurait tolérer que des fauteurs de troubles s’en saisissent, pour perturber davantage la nouvelle année scolaire à peine entamée au Complexe scolaire dOwendo ».

En attendant l’élucidation des circonstances de cet accident, le ministre a dit invité « tous les chefs d’établissements, en l’occurrence les proviseurs du lycée technique national Omar Bongo et du lycée technique de Libreville, les responsables administratifs, les enseignants, les élèves et parents d’élèves à ne pas céder à tout chantage propice au désordre », prédisait il.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article