Clicky


Sollicitation

« Libérez les trottoirs » : les commerçants gabonais de Mont Bouët réclament un nouveau sursis

 « Libérez les trottoirs » : les commerçants gabonais de Mont Bouët réclament un nouveau sursis
« Libérez les trottoirs » : les commerçants gabonais de Mont Bouët réclament un nouveau sursis © 2022 D.R./Info241

A la faveur d’une déclaration à la presse ce mardi à Libreville, les commerçants gabonais du principal marché du Gabon ont réclamé des autorités la prolongation du préavis de l’opération « Libérez les trottoirs » de la municipalité. Réunis en association, ces jeunes gabonais qui se sont lancés dans le commerce pour subvenir à leurs besoins, veulent pouvoir vendre leurs produits sans anicroche.

Moov Africa

Après avoir obtenu une suspension de deux mois de l’opération « Libérez les trottoirs », les commerçants gabonais du marché Mont-Bouet ont tenu hier à remercier les autorités. Cette suspension arrivée à échéance, ils ont plaidé pour son prolongement en raison de la situation économique du pays pour exercer leur commerce dans la paix, sans crainte, ni contrainte des agents de la mairie ou encore des forces de l’ordre.

Une vue de ce marché, hier à Libreville

« Le message que je souhaiterai faire passer aux autorités en tête desquelles le président de la République Ali Bongo Ondimba, les membres du gouvernement ainsi que la mairie de Libreville est que les deux mois laissés aux commerçants sont trop courts », a plaidé Boris Mba Ndong, président de l’Association des jeunes commerçants gabonais de Mont-Bouët (AJCGM). « Ce délai ne nous permet pas de nous enraciner dans le marché de Mont-Bouët », a-t-il ajouté.

« Je lance donc un appel aux autorités pour qu’elles puissent revoir la mesure initiale de deux mois afin d’ajouter 6 mois voire un an. Il est important de stabiliser le marché le plus important du pays », a-t-il rajouté. Avant de conclure : « J’aimerai aussi interpeller le président de la république parce que en 2016 il avait effectué une visite ici à Mont Bouët. Il était au cœur des problèmes des entrepreneurs. Aujourd’hui, la jeunesse gabonaise a compris qu’il était nécessaire d’entreprendre ».

En effet, ils sont environ 600 jeunes commerçants gabonais à vivre de cette activité au sein de Mont Bouët. Tous jeunes responsables et respectueux des autorités mais aussi intègres en choisissant de gagner dignement leur pain au lieu de s’adonner aux actes délictueux. Certains se débrouillent dans la vente de fournitures scolaires et bureautique mais aussi dans la friperie, communément appelé Moutouki. Ces jeunes tous comme ces mamans lancent un appel aux autorités compétentes pour prolonger ce préavis.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article