Grève des enseignants

Les élèves de Port-Gentil dans la rue pour réclamer le retour des enseignants en grève

Les élèves de Port-Gentil dans la rue pour réclamer le retour des enseignants en grève
Les élèves de Port-Gentil dans la rue pour réclamer le retour des enseignants en grève © 2021 D.R./Info241

Ce lundi, certaines rues de la ville de Port-Gentil ont été bondées de monde. En effet, face au manque d’enseignants dans les salles de classe depuis le mouvement de grève initié par la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) en collaboration avec le Syndicat de l’éducation nationale (SENA), les élèves de la capitale économique gabonaise, plus précisément ceux du lycée Joseph Ambourouet Avaro, lycée technique Jean Fidèle Otandault et ceux du CES du Parc ont arpenté les rues de la cité pétrolière vers 9 heures, en direction du lycée Thuriaf Batsantsa et celui du lycée Bac-Aviation. Ce, afin de dénoncer le manque d’enseignants dans les salles de classe. Une situation qui crée la panique chez les apprenants à l’orée de la fin du premier trimestre.

Moov Africa

« Nous marchons pour que les professeurs reviennent en classe, c’est tout. Certains enseignants expatriés disent le clôturer. Mais on le finit comment avec tout ce manque ? Nous n’avons pas nos notes. Et en plus le proviseur nous parle de vaccination obligatoire pour désormais rentrer au lycée. On dit non ! », précise Malick, élève en terminale au lycée technique de Port-Gentil. Le silence du gouvernement depuis cette grève illimitée et plus exactement du ministre de l’Education nationale, Patrick Daouda, crée un certaine désolation et par ricochet, un manque de volonté pour résoudre cette situation.

Une vue de cette marche

« Nous ça nous fait deux semaines qu’on n’a pas eu cours et on doit passer le bac. Nous ça nous affecte. On marche pour que l’Etat voit ça et qu’il réagit rapidement. Là, c’est pas du tout normal », souligne Évrard Boucka, élève en terminale B au lycée d’État. Face à ce mouvement de protestation des élèves des lycées et collèges de la ville du sable, certains parents d’élèves invitent l’Etat gabonais à saisir le taureau par les cornes pour que soit réglée cette situation qui a assez duré. « Le gouvernement doit réagir. Il est anormal que la grève affecte les élèves et il se terre dans un mutisme qui ne dit pas son nom tout en ignorant le cas des enseignants. C’est l’avenir de nos enfants qui est en jeu », regrette Jean-Guy Douckaga, parent d’élève rencontré au lycée Batsantsa pour la circonstance.

Il faut dire qu’au cours de cette marche aux allures pacifiques, plusieurs familles ont été très inquiètes. Ainsi, bon nombre d’entre elles ont décidé de se rendre dans les lycées et collèges précités afin de récupérer leurs progénitures pour plus de sécurité du fait de la présence de la police et de la gendarmerie arrivées sur les lieux avec un arsenal militaire de type grenades, bombes lacrymogène, munitions. La peur et la consternation pouvait se lire sur le visage des parents d’élèves.

La forte présence policière

« Nous sommes venus tranquillement prendre nos enfants. Le commandant du Camp Boiro et ses agents sont arrivés avec des caisses bourrées de munitions qu’ils ont posé devant le lycée Batsantsa. J’étais là debout. C’est comme ça qu’on leur demande de gérer le Gabon ? Ce que vous faites là, sachiez que demain après demain vous saurez. Est-ce normal dans ce petit pays comme le nôtre ? », se questionne Bernard Mouloungui.

Cette marche pacifique qui a faillit tourner au vinaigre n’est pas sans conséquences. Plusieurs élèves ont été arrêtés par la police et la gendarmerie. Parmi ces arrestations, on note celle d’Aubiang Kidal. Un élève en première option mécanique industrielle au lycée technique. On enregistre également celle de 10 autres apprenants. Ce qui est sûr, c’est qu’avec ce mouvement, les cours seront certainement paralysés dans plusieurs établissements de la ville de Port-Gentil. Et ce, jusqu’à plusieurs jours. Ce qui est déjà le cas à cause de la grève des enseignants. Le gouvernement est ainsi interpellé à prendre ce dossier à bras le corps avant que ce mouvement ne se propage à travers tout le pays.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article