CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 389
Nombre de décès depuis mars 2020 183 +5

Situation vaccinale

Première dose 100 884
Seconde dose 76 508

% de la population

4,86%
3,68%

Situation globale

1 607 +517 76 508 29 515 +289
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Vie des partis

La naissance de l’UPR de Gervais Oniane, un camouflet politique pour Michel et son RHM

La naissance de l’UPR de Gervais Oniane, un camouflet politique pour Michel et son RHM
La naissance de l’UPR de Gervais Oniane, un camouflet politique pour Michel et son RHM © 2021 D.R./Info241

Le 18 septembre dernier, le giron politique du Gabon, déjà en mouvement, a enregistré la naissance d’un nouveau parti politique. Présidé par Gervais Oniane, proche de Michel Menga avec qui il a pris ses distances fin août, l’Union pour la République pourrait augurer une suite malheureuse pour l’actuel ministre de la Culture d’Ali Bongo.

Info241 sur Whatsapp

L’an 2023 approchant à grands pas, l’heure semble avoir sonné pour tous ceux qui entendent jouer un rôle de quelque façon que ce soit, avant, pendant et après l’élection présidentielle à venir de gesticuler. Entre annonces de candidatures prématurées, tournées à travers le territoire national et naissance de nouveaux partis politiques et associations spontanées, 2023 est dans tous les esprits. Et ce ne sont pas les projets de loi et autres ordonnances prises en catimini lors du dernier conseil des ministres qui le démentiront.

Une guerre larvée

Ainsi, dans sa guerre déclarée et ouverte avec Alexandre Barro Chambrier pour le contrôle du Rassemblement héritage et modernité (RHM) qu’il revendique à cor et à cri, la démission de Gervais Oniane de ce parti politique, puis la création par celui-ci de sa propre chapelle politique mérite que l’on s’y attarde un instant. Tant il y a juste quelques mois, rien ne semblait faire douter Michel Menga dans sa quête de légitimité face à ABC à la tête du RHM. Pas même quand ce dernier l’avait presque intelligemment esquivé en faisant muer sa faction en Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM).

Bien que philosophiquement opposés, car, le fils Chambrier assumant fièrement son positionnement dans l’opposition radicale au régime Bongo-PDG, tandis que l’homme de la Noya à Cocobeach a vite fait de replonger dans la galaxie proche du pouvoir, rien ne semblait en mesure de l’arrêter dans sa course effrénée de popularité. Allant jusqu’à menacer ouvertement les élus du RPM de rallier sa cause au risque de s’exposer soit à leur exclusion, soit au pire, à l’invalidation de leur mandat.

Le début de la fin de Menga M’Essonne ?

Visiblement soutenue dans cette aventure par des décisions d’une justice qui fonctionne à plusieurs vitesses au Gabon selon qu’on y ait ses propres relations, Michel Menga M’essone vient certainement d’apprendre à ses dépens que dealer avec le pouvoir PDG après avoir été l’un de ses plus radicaux pourfendeurs n’est pas sans conséquences. Si les raisons de la rupture de son idylle avec l’ancien proche conseiller stratégique d’Ali Bongo ne sont pas encore connues, tout porte cependant à croire qu’il se passerait absolument quelque chose de pas clair dans le dos de celui que certains appellent Santiago.

Et comme pour en rajouter une couche à ces soupçons, plusieurs médias proche du palais présidentiel dont Lalibreville, se sont fendus ce jour de plusieurs articles fort élogieux à l’égard de Fidèle Angoué Mba, l’actuel directeur général de la Marine marchande. Des articles qui ont tout l’air d’avoir été commandités, qui dressent un très éloquent CV de cet autre natif de Cocobeach. Au point d’entrevoir un appel du pied clair qui n’aurait pour seul objectif que d’appeler à l’éviction prochaine, voire programmée de Michel Menga du gouvernement qui dit-on, serait en gestation.

Si d’aventure une telle déconvenue survenait à l’ancien secrétaire général adjoint du PDG, ils sont peu nombreux les observateurs de la vie politique gabonaise qui voient ce dernier maintenir en vie sa formation politique sans ressources financières. Ce qui serait une retentissante déculottée pour lui et son lieutenant le plus en vue, Maurice Mabiala, et une victoire politique majeure de Alexandre Barro Chambrier et son RPM.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article