Clicky


Justice

Incarcération de Me Mezui : les précisions du procureur sur les 719 millions dérobés à Sogara

Incarcération de Me Mezui : les précisions du procureur sur les 719 millions dérobés à Sogara
Incarcération de Me Mezui : les précisions du procureur sur les 719 millions dérobés à Sogara © 2022 D.R./Info241

Me Irénée Mezui Mba, avocat au barreau du Gabon, avocat du collectif citoyen Appel à Agir a été placé en détention préventive mercredi à la prison centrale de Port-Gentil (Château). En association avec deux complices présumés aux aussi arrêtés, ils sont accusés d’escroquerie et d’abus de confiance. Selon des sources proches du dossier, c’est 719 millions de FCFA qu’ils auraient siphonnés à la Société gabonaise de raffinage (SOGARA).

Moov Africa

Lire aussi >>> Les avocats du Gabon très en colère après l’incarcération « arbitraire » de Me Irénée Mezui

En effet, c’est en janvier 2022 que SOGARA a déposé une plainte au parquet de la République pour des faits d’escroquerie prévue et punie par l’article 301 du code pénale. L’entreprise publique soutient que courant 2020, la société Sodexo Gabon était condamnée à payer à ses 15 anciens employés la bagatelle somme de 37 954 839 FCFA par une ordonnance référée de la Cour d’appel judiciaire de Port-Gentil réunie le 25 février 2020. En exécution de ladite ordonnance, l’huissier instrumentaire avait saisi les comptes de la SOGARA en qualité de tiers.

Des accusations graves

Au lieu de se faire remettre cette coquette somme de 47 957 839 FCFA, frais compris, comme prévue par ladite ordonnance. Fort de cela, l’huissier Charles Hubert Ranozinot débitait un montant exorbitant de 719 000 000 de FCFA. Interpellée par cette différence de montant qui ne reposait sur aucune décision, la SOGARA a immédiatement sollicité de la part du tribunal de Première instance de Port-Gentil l’ouverture d’une enquête judiciaire pour plus de clarté dans cette affaire qui fait jaser plus d’un.

Au récit de celle-ci, l’autorité judiciaire avait saisi dans les règles de l’art, l’antenne provinciale du PECISME afin de faire la lumière sur cette affaire qui fait couler beaucoup d’encre et surtout de salive dans la capitale économique. Entendu dans cette enquête, l’huissier avait déclaré « qu’il avait agi sur instructions de Me Mezui Mba Irénée », avocat au barreau du Gabon. Dans cette affaire, il faut dire que les sommes prélevées à la société siphonnée, étaient directement reversées dans le compte bancaire de Me Mezui Mba qui d’ailleurs avait procédé au partage.

L’ordre des avocats aurait été bien saisi

Vivement cité par Me Hubert Ranozinault, le procureur de la République a le 7 mars 2022, informé le bâtonnier de l’Ordre des avocats par le billet de son représentant local en la personne de Me Yenou Solange, ainsi que Mme le procureur général près la Cour d’appel judiciaire de Port-Gentil, conformément aux dispositions combinées des articles 70 et 83 de la loi 013/2014 du 7 janvier 2015, fixant le cadre d’exercice de la profession d’avocat en République Gabonaise.

« Nous avons ouvert une information comme le présente les règles en la matière, notamment la loi 013/2014. Et nous avons procédé de la même façon en saisissant le bâtonnier par le biais de Me Yenou sa représentation locale », précise Léandre N’wompahouin, procureur de la République près le tribunal de Port-Gentil. Interrogé depuis mars 2022, Me Mezui avait reconnu les déclarations faites par l’huissier instrumentaire tout en soutenant « avoir agi avec la complicité de sieur Walburge Nguéma Omvane, un ami d’enfance de Me Irénée Mezui Mba, devenu son collaborateur direct.

Une procédure classique

C’est alors que le mercredi 9 mars dernier, ladite procédure a été déférée au parquet de la République et conformément à l’article 71 de la loi précitée plus haut, une information confiée au premier juge d’instruction, était ouverte. À cet effet, Me Irénée Mezui Mba, avocat au barreau du Gabon et membre actif de l’Union des jeunes avocats du Gabon (UJAG), a été placé sous mandat de dépôt par le premier juge d’instruction sur réquisition du procureur de la République près le tribunal de première instance de Port-Gentil.

 »Effectivement nous avons déjà connu ce genre de procédure. Pas plus tard il y a quelques mois, nous avons été saisis d’une plainte à l’encontre de Me Thierry Nguia, avocat au barreau du Gabon. Et c’était la même procédure", a déclaré le magistrat.
Tout compte fait, la procédure suit son cours. Le présumé coupable et ses complices sont actuellement placés en détention préventive le temps que l’enquête (Tribunal) trouve des éléments claires dans cette affaire.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article