Clicky


Grèves au Gabon

Exaspéré, Ali Bongo accuse les fonctionnaires en grève au Gabon d’être des « irresponsables » !

Exaspéré, Ali Bongo accuse les fonctionnaires en grève au Gabon d’être des « irresponsables » !
Exaspéré, Ali Bongo accuse les fonctionnaires en grève au Gabon d’être des « irresponsables » ! © 2022 D.R./Info241

Ali Bongo a adressé vendredi soir ses vœux aux gabonais pour l’année 2022. S’il s’est dit conscient des mesures impopulaires prises pour lutter contre la pandémie, il a été intraitable vis-à-vis des syndicalistes actuellement en grève notamment dans l’Education nationale et au sein des Régies financières. Dénonçant des prises en « otage », Ali Bongo est allé jusqu’à les qualifier d’irresponsables. Des propos que les concernés apprécieront.

Moov Africa

Ali Bongo en a marre des grèves qui secouent plusieurs pans du Gabon. Il n’a pas manqué de qualifier ces fonctionnaires de tous les noms d’oiseaux. « En cette période difficile, où nous devrions toutes et tous faire preuve de solidarité, certains ont cru bon de déclencher des mouvements de grève », a-t-il dénoncé. Des propos qui montrent bien son niveau d’exaspération face à des mouvements sociaux hors de contrôles et dont plusieurs devraient encore voir le jour au cours des premières semaines du mois de janvier.

Des fonctionnaires « irresponsables » parce que en grève

Les premiers fonctionnaires à prendre les coups d’Ali Bongo sont les enseignants grévistes. « Nos élèves, déjà lourdement éprouvés et pénalisés par l’épidémie de la Covid-19, qui ont vu leurs cours suspendus, leurs examens reportés (...) n’ont-ils pas assez souffert ? », s’est-il interrogé à haute voix. Avant de hausser le ton : « Prendre en otage les enfants de ce pays ; nos enfants, nos progénitures, hypothéquer leur futur au nom de je ne sais quel intérêt, c’est véritablement irresponsable et condamnable ».

Même charge pour les fonctionnaires des Régies financières rassemblant plusieurs ministères dont les Finances. « Les régies financières, elles aussi, se sont mises en grève. Une fois de plus (..). Or, cette grève n’est pas sans conséquence pour notre économie, déjà fort impactée par la crise sanitaire », a avancé Ali Bongo. Rejetant sur eux les difficultés du pays « d’assurer les salaires de nos médecins ou de nos enseignants, de régler les pensions de nos retraités, de financer les médicaments pour les Gabonais économiquement faibles ».

Des syndicalistes jouant contre le Gabon

Face à son impuissance à conjurer ces mouvements sociaux, Ali Bongo s’interroge : « Pourquoi rajouter de la difficulté à la difficulté ? La situation n’est-elle pas déjà assez difficile ? ». Avant de clamer que « Ce sont les fonctionnaires qui sont au service de l’Etat et non l’Etat qui est au service des fonctionnaires ». Et de sonner le glas de son exaspération des grèves qui secouent le pays : « Si la grande majorité de nos fonctionnaires sont irréprochables, exemplaires, une minorité d’entre eux à l’évidence, a perdu le sens de l’intérêt général ».

Et de conclure : « J’ose le dire : c’est déplorable et irresponsable ». Pas sûr qu’avec de tels propos, il arrive à ramener la sérénité dans les secteurs impactés. « Au moment où je demande à chacun d’entre vous de faire des efforts, une catégorie de notre population, a fortiori des fonctionnaires, ne peut et ne doit se désolidariser du reste de la population et rester en marge, au risque de déstabiliser notre pays. C’est jouer contre son camp, contre son peuple », a prévenu Ali Bongo.

Moov Africa

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article