CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 872
Nombre de décès depuis mars 2020 176 +2

Situation vaccinale

Première dose 100 884
Seconde dose 76 508

% de la population

4,86%
3,68%

Situation globale

1 607 +517 76 508 28 120 +872
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
L'info en bref...

Éthiopie : Malgré les plaintes, le parti au pouvoir remporte une majorité écrasante au parlement

Éthiopie : Malgré les plaintes, le parti au pouvoir remporte une majorité écrasante au parlement
Éthiopie : Malgré les plaintes, le parti au pouvoir remporte une majorité écrasante au parlement © 2021 D.R./Info241

Moov Africa

La commission électorale éthiopienne a annoncé samedi soir que le Parti de la Prospérité (PP, au pouvoir) a obtenu plus de 400 des 436 sièges pour lesquels le vote a eu lieu sur un total de 547 circonscriptions. Des résultats électoraux obtenus dans des sièges sans concurrents en raison du boycott des principaux partis politiques d’opposition pour protester contre l’arrestation de leurs dirigeants et la mise à sac de leurs bureaux. Le Mouvement national pour l’Amhara, un parti d’opposition, a déposé plusieurs plaintes auprès de la commission électorale.

Ce résultat ouvre la voie à un nouveau mandat pour le Premier ministre Abiy Ahmed (44 ans). Le 21 juin, celui-ci s’était présenté pour la première fois devant les électeurs depuis sa nomination en 2018, à la suite d’une vague de manifestations antigouvernementales qui avait secoué le pays. Avec ces élections, M. Abiy entendait trancher avec les précédents scrutins, marqués par la répression et par des scores soviétiques. En 2010 et 2015, la coalition alors au pouvoir et ses alliés avaient ainsi raflé tous les sièges. En 2005, un scrutin plus ouvert avait permis à l’opposition de progresser mais la contestation des résultats avait conduit à une sanglante répression contre les manifestants.

La Commission éthiopienne des droits humains (EHRC), un organisme indépendant mais rattaché au gouvernement, a estimé dans un rapport préliminaire qu’il n’y avait pas eu de « violations massives, généralisées et systématiques » des droits lors des élections. Mais elle a relevé dans certaines circonscriptions des « arrestations inappropriées », des intimidations et des «  harcèlements  » d’observateurs et de journalistes, avant et après le vote. Dans la région d’Oromia, l’EHRC a également constaté « plusieurs meurtres » dans « les jours précédant le vote  ».

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter cette brève