Deux armées

Défilé du 17-Août : la Garde républicaine démontre sa suprématie dans l’armée gabonaise

Défilé du 17-Août : la Garde républicaine démontre sa suprématie dans l’armée gabonaise
Les deux commandants en chef aux fonctions finalement très similaires © 2022 D.R./Info241

Le défilé du 62e anniversaire de l’indépendance du Gabon s’est déroulé mercredi matin à Libreville. Une parade militaire où la garde prétorienne du palais présidentiel gabonais, la Garde républicaine (GR), a démontré sa supériorité en moyens et en équipements face aux autres corps des forces armées gabonaises. Une démonstration de force qui inquiète et pose le problème de la duplicité des moyens au sein de l’armée gabonaise. Une armée avec des corps aux missions finalement similaires et confuses.

Info241 sur Whatsapp

Lire aussi >>> Les images du défilé et de la parade militaire de la fête de l’indépendance du Gabon an 62

La parade militaire des quelques 1 534 hommes de la Garde républicaine a ému plus d’uns hier dans la capitale gabonaise. Au lieu d’une simple section de l’armée rattachée à la protection du président de la République et de certaines personnalités, le public a eu droit plutôt à une armée complète et autonome qui détient l’ensemble des démembrements des autres corps d’armées. Faisant d’elle une armée à part entière surpuissante pouvant réaliser des missions visiblement étendues du pouvoir gabonais.

Une démonstration de force de la GR et du palais

Le moment fort de ce défilé aura été sans nul doute le passage des commandos encagoulés de la GR dont on a peu compris l’utilité dans la protection d’un président de la République. Tout comme l’existence d’une unité foret et de snipers pouvant agir en forêt et/ou dans des conditions extrêmes. C’est d’ailleurs sous la haute protection de l’une de ces 3 forces spéciales de la GR qu’Ali Bongo est apparu à la place de l’Indépendance. Laissant ainsi transparaitre des craintes pour sa sécurité lors de sa descente du command-car vers la tribune d’honneur.

L’une des trois forces spéciales de la GR

Ainsi, les missions de la garde républicaine semble avoir été renforcées depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo en 2009. Faisant de ce corps de protection du palais présidentiel, une désormais armée indépendante et autonome qui s’occupe aussi de la défense du territoire. Des missions qui se chevauchent avec celles des Forces armées gabonaises (FAG) pourtant elles aussi placées sous son commandement direct. Un chevauchement qui s’imbrique également avec les missions de la police puisque là aussi, la GR a sa propre unité à déployer contre des éventuels manifestants contre le pouvoir de Libreville.

Garde républicaine vs Forces armées gabonaises

Le clou de ces errements est l’existence d’un nouveau chant d’allégeance au « patron » Ali Bongo. Un chant clamé avec fierté en guise de prélude par les trois fameuses forces spéciales qui ont esquissé d’un pas lent devant la tribune, leur dévotion à Ali Bongo. Un spectacle militaire qui laisse bien songeur sur la multiplicité et l’ordonnancement des moyens. Surtout que les unités similaires de la GR sont dotées de moyens et équipements bien supérieurs à ceux des FAG. Pourquoi armer autant une simple corps des forces de l’ordre ? A quoi servent finalement l’armée, la police et la gendarmerie dans le pays ?

La propre unité anti-émeutes de la GR

Autant de questions qui ont laissé sans voix les spectateurs de ce défilé haut en couleurs qui a démontré l’existence de deux armées parallèle au Gabon. Une au service direct de la présidence gabonaise, une autre moins nantie potentiellement plus au service du plus grand nombre. Deux armées appelées à cohabiter en toute intelligence au service du Gabon, de ses autorités et probablement pour les aspirations d’un peuple pris en étau par des forces lourdement armées contre elle et d’éventuels ennemis du pouvoir d’Ali Bongo.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article