Suicide

Cocufié par sa compagne, un gabonais s’immole par le feu avec son fils de 3 ans attaché au dos

Cocufié par sa compagne, un gabonais s’immole par le feu avec son fils de 3 ans attaché au dos
Une vue du quartier où a eu lieu le drame © 2022 D.R./Info241

Encore un drame due à l’infidélité féminine. Terrassé d’avoir appris que sa compagne depuis 15 ans avait une aventure extra-conjugale, un gabonais d’une quarantaine d’années s’est donné la mort dimanche dernier à Port-Gentil. Sauf que dans son geste désespéré, il s’est immolé avec le tout jeune dernier fils du couple attaché sur son dos. Le garçonnet brulé au 1er degré comme son père, a succombé ce mardi à ses blessures. Un drame qui a laissé sans voix les habitants de la capitale économique gabonaise.

Info241 sur Whatsapp

Une histoire d’amour vient de virer au drame à Port-Gentil, plus précisément au quartier Sindara, situé dans le 3e arrondissement de la cité pétrolière gabonaise. Le nommé Roger Matouki âgé d’une quarantaine d’années se serait volontairement donné la mort, près du domicile conjugal après une violente dispute avec sa concubine. D’après leur entourage, ce dernier aurait décidé de fouiner dans le téléphone portable de son amante Georgina pendant qu’elle faisait la lessive à l’arrière-cour.

Une infidélité mortelle

Il aurait découvert que celle-ci avait une autre relation amoureuse alors qu’ils étaient ensemble depuis près de 15 ans. Remonté, il aurait décidé d’attendre la concernée au salon pour obtenir quelques explications. Il aura fallu attendre une heure pour que les deux tourtereaux se retrouvent nez-à-nez à la cuisine. De là, le père de famille cocufié va demander à Georgina, preuves à l’appui, de quoi il était question. Ayant su qu’il venait de découvrir le pot aux roses, elle lui aurait dit « t’as pas le droit de fouiller mon téléphone en mon absence », a relaté à Info241 Fabien, un des voisins ayant assisté à la scène de ménage.

Se sentant offusqué par de tels propos, il lui aurait donné une gifle à la joue gauche, puis un coup de poing au niveau du bas-ventre. C’est ainsi que la bagarre aurait dégénéré entre les deux amants, sous le regard médusé de leur 2e enfant âgé seulement de 3 ans. Le père de famille qui n’a pu digérer que sa partenaire amoureuse l’ait trompé, surtout que cette dernière n’a pu produire d’explications cohérentes, a décidé de quitter le quartier avec son enfant, loin de la honte.

Le geste désespéré d’un cocufié

Dans une colère noire, Roger mit ses parole de suicide qu’il aurait proféré à sa petite amie à exécution. Selon une personne digne de foi, il aurait décidé de prendre quelques litres d’essence dans son véhicule. En attachant son garçonnet à l’aide d’un pagne au niveau de son dos, il fit couler le liquide inflammable sur eux et mit le feu. Stupéfaction totale au quartier. C’est grâce aux cris ahurissants de Georgina et de son fils que les voisins ont accouru pour venir en aide à la famille.

Les deux victimes du feu ont été transférés selon une source à l’hôpital régional de N’tchéngué, dans le service des urgences. Il ressort qu’ils auraient été brûlés au 1er degré. Malheureusement deux jours après cet incident, Roger Matouki a été appelé auprès de ses aïeux. Malgré plusieurs interventions médicales, son fils n’a pas survécu à ses brulures. Il est également mort. Selon le voisinage, le quadragénaire aurait un jour tenté de se suicider en essayant de boire de l’eau dans laquelle il avait mis de la javel, à cause bien d’une affaire de même acabit.

En somme, le défunt laisse derrière lui, une famille durement endeuillée et un enfant de 10 ans. Il faut dire que l’infidélité est très souvent sentie lorsqu’elle est pratiquée comme une présence palpable, insidieuse et dévastatrice. Ce crocodile émotionnel ne fait pas la différence. Car si celui ou celle que nous aimons nous trahie, cela nous expédie directement au bord du gouffre.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article