Réaction politique

Barro Chambrier tire sur la vaccination, la paix des braves et l’interview d’Ali Bongo

Barro Chambrier tire sur la vaccination, la paix des braves et l’interview d’Ali Bongo
Barro Chambrier tire sur la vaccination, la paix des braves et l’interview d’Ali Bongo © 2021 D.R./Info241

Le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM, opposition radicale), Alexandre Barro Chambrier, a animé ce jeudi à Libreville une conférence de presse sur l’actualité récente du pays. Au menu la campagne de vaccination contre la Covid-19, l’appel à la paix des braves et l’interview d’Ali Bongo à l’hebdomadaire Jeune Afrique. L’opposant a dénoncé la « gouvernance chaotique » d’Ali Bongo avant de l’inviter à passer le témoin à des gabonais plus talentueux.

News sur WhatsApp

Alexandre Barro Chambrier a livré ce jeudi, le point de vue de son parti sur plusieurs sujets de l’heure. Parmi eux, la vaccination initiée depuis le mardi dernier par la gouvernement grâce à un don vaccinal chinois. Bien qu’invitant les populations à se faire vacciner, le leader politique de l’opposition gabonaise n’a pas manqué de demander au gouvernement de fournir « toutes les garanties pour dissiper les doutes et réticences sur la fiabilité de ce vaccin ».

Pour Alexandre Barro Chambrier, « Des officiels de la République déjà en mal de crédibilité qui, à travers des médias exhibent leur séance de vaccination ne convainquent pas le plus grand nombre. Des équipes de médecins, de biologistes et autres chercheurs auraient dû se relayer pour expliquer les composantes de ce vaccin, les effets secondaires qui peuvent en découler, voire les précautions à prendre. Voilà ce qui aurait rassuré les Gabonais ».

Revenant sur l’appel à la paix des braves lancés par certains partis politiques, le RPM a pointé l’absence de plusieurs préalables. « On ne peut pas parler de Paix ni s’engager dans un processus de paix sans que ceux qui ont causé des blessures au vivre ensemble ne reconnaissent le mal qu’ils ont commis. Nul ne devrait se lever, actionné par on ne sait quelle main, pour appeler les partis politiques, à entrer dans un processus et espérer qu’ils y répondent tels des moutons », a laissé entendre le président du RPM.

« Personne ne peut s’opposer, par principe, à un dialogue entre acteurs politiques s’il permet de prendre en considération les aspirations profondes du peuple Gabonais qui est en faveur de l’alternance et du changement », a indiqué Barro Chambrier. Avant de conclure : « C’est pourquoi pour sortir de la crise actuelle, le RPM soutient la nécessité d’instaurer par le dialogue, une période de transition d’ici les prochaines élections présidentielles qui permettrait entre autres, d’engager une réforme en profondeur du cadre électoral actuel en vue de l’organisation d’élections transparentes, crédibles et apaisées ».

Sur l’interview d’Ali Bongo à Jeune Afrique, le président du RPM n’a pas caché sa déception. Pour lui, Ali Bongo « est incapable de dire avec précision l’état réel du Gabon, l’état réel de la situation économique, financière et sociale. Son bilan est truffé d’innombrables effets d’annonce, de nombreuses promesses non tenues, d’une aggravation de la pauvreté, d’une multiplication des grèves dans plusieurs secteurs d’activités économiques, y compris des régies financières, de l’explosion de la dette qui atteint le niveau record de 70% du PIB ».

Avant de conclure : « Il est temps qu’il laisse à d’autres Gabonais la possibilité de mettre leurs talents au service du pays pour le sortir de l’abime dans lequel il l’a précipité ». Le président du RPM a invité Ali Bongo à « jeter un regard précis sur la gouvernance chaotique qu’il a généré en confiant les manettes de la gestion du pays à des amateurs et immatures ».


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article