CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 265
Nombre de décès depuis mars 2020 173 +3

Situation vaccinale

Première dose 99 248
Seconde dose 74 961

% de la population

4,78%
3,61%

Situation globale

802 +227 74 961 26 638 +259
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
L’invité

Arnold Djoud : « Mon prochain album arrive, ce sera une merveille ! »

Arnold Djoud : « Mon prochain album arrive, ce sera une merveille ! »
Arnold Djoud : « Mon prochain album arrive, ce sera une merveille ! » © 2021 D.R./Info241

Bientôt un nouvel album de l’artiste auteur compositeur et interprète gabonais Arnold Djoud. Un album qui comptera une dizaine de titres et qui promet d’être riche en coloration musicale. Avant la sortie de cet album, l’artiste vient de gratifier ses fans du single « Appelez les noms » aux cotés de Lauriane Ekondo, Kiz le Swagando, Queen Koumb, Ndoman et Segame Beatz. Depuis 2020, Sony Music Côte d’Ivoire assure la distribution des œuvres musicales de l’artiste Arnold Djoud aux 25 ans de carrière. Il répond aux questions de la rédaction d’info241.

Moov Africa

 Info241 : Arnold Djoud, vous venez de mettre sur le marché un nouveau single annonçant votre futur album. Parlez-nous de ce single et surtout de cet album qui arrive.

Arnold Djoud : Bonjour ! Mon nouveau single s’appelle « Appeler les noms ». C’est un single qui est extrait de mon prochain album qui va sortir d’ici cette fin d’année. Dans ce single, j’ai invité en featuring Lauriane Ekondo, Kiz le Swagando, Queen Koumb, Ndoman et Segame Beatz. C’est une hymne à la gloire des Panthères du Gabon. Une hymne pour les soutenir, pour galvaniser les populations gabonaises à soutenir notre équipe nationale qui a de nouveaux challenges à affronter dans quelques temps notamment les éliminatoires de la Coupe du monde et puis la CAN prochaine au Cameroun.

En ce qui concerne mon nouvel album, ce serait un album d’une dizaine de titres qui va sortir avant la fin de l’année. En ce moment, je suis entrain de le peaufiner en studio. Ce sera un album éclectique comme je sais bien le faire avec une touche très urbaine. Tous les rythmes se retrouveront dedans. On aura un peu de l’Elone, un peu de l’Afro, l’afro-pop,... On aura une pléiade de genres musicaux parce que moi je fais de la variété. Et comme le mot le dit, c’est de la variété. Donc on peut faire différent genres musicaux avec quelques featuring, un ou deux featuring.

 Où en est la collaboration avec Sony Music Africa ? Sur quoi repose t-elle ?

Arnold Djoud : Ma collaboration avec Sony Music Côte d’Ivoire est toujours en cours. Le premier titre en date « Don’t Go » que tout le monde connaît. Je suis à Sony grâce à mon label. Le label dans lequel j’ai signé et qui est basé en Guinée-Équatoriale et au Sénégal « Afro Records ». On attend les prochains produits, les prochains projets pour voir si on va continuer ensemble ou pas. Cela dépendra de mon label et totalement de mon Label. Sony Music se charge de faire la distribution de mes œuvres musicales mais la production se fait par mon label Afro Records.

 On voit de moins en moins les artistes gabonais sur la scène internationale. Selon vous, le problème vient d’où ?

Arnold Djoud : C’est vrai qu’on ne voit pas beaucoup d’artistes gabonais sur la scène internationale. Je ne saurai vous expliquez à quoi cela est dû. Je pense que c’est une question d’abord de lobbying. Il faut être dans le bon lobby, le bon circuit pour pouvoir développer la musique à l’international. Il faut avoir de gros moyens avec de bonnes stratégies. La musique gabonaise souffre aussi d’un déficit en démographie. Les autres sont plus nombreux et c’est à leur avantage. Nous, nous sommes qu’environ 2 millions de personnes. Nous ne sommes pas très très dynamique à ce niveau là.

Et il faut dire que les artistes gabonais n’ont pas encore fait la transition dans le numérique. Ils sont encore dans les codes d’antan. Ils ne sont pas très présents dans les réseaux sociaux. Ce qui fait qu’il y a un manque à gagner, un bémol. Il y en a qui ne sont pas suffisamment déterminés pour voir ailleurs. C’est aussi une question d’ambition je pense. Il y en a qui se contentent du marché gabonais et ça leur va comme ça. C’est surtout une question de choix et de détermination.

 Où en êtes vous avec le ministère de la Culture au sujet du statut de l’artiste gabonais ? On vous a beaucoup vu bouger de ce côté.

Arnold Djoud : En ce qui concerne le statut de l’artiste, je fait parti du Collectif des artistes et acteurs culturels du Gabon, dont je suis le coordonnateur général adjoint. Nous avons entrepris des démarches pour trouver des solutions par rapport au statut de l’artiste, parce que l’artiste gabonais ne bénéficie d’aucune aide sous prétexte que nous n’avons aucun statut reconnu légalement. Nous avons entrepris cette démarche-là auprès du ministère et justement il y a une commission qui a été mise en place pour régler ce problème.

Le statut de l’artiste existait déjà mais il n’avait pas été adopté en des termes identiques entre l’Assemblée nationale et le Sénat. Les agents du ministère de la Culture et les artistes sont entrain de retravailler le texte sur le statut d’artiste afin de le corriger et le renvoyer au secrétariat du gouvernement et puis vers le circuit qu’il faut pour qu’il soit adopté finalement par le parlement gabonais pour que l’artiste gabonais bénéficie d’un statut légal qui pourra nous permettre d’avoir une assurance maladie, de bénéficier pleinement de ses droits... Nous en sommes à ce niveau.

 Selon vos détracteurs, vous manquez désormais d’inspiration, « que vous ne chantez plus bien ». Que leur répondez-vous ?

Arnold Djoud : Les détracteurs n’évoluent pas avec le temps. Celui qui va dire que je ne chante plus bien se trompe. Peut être que je n’ai plus le succès comme celui que j’avais avant, mais quand vous écoutez « Don’t go » mon dernier single que j’ai avec Sony et mon Label Afro Records, ce n’est pas quelqu’un qui chante bien ? Seulement les gabonais ont été un peu déphasé par rapport à ce style. Ils m’ont connu que dans l’Elone, dans du tradi-moderne. Mais écoutez, imaginez-vous que c’est quelqu’un d’autre qui chante et vous verrez. Certains gabonais sont de mauvaise foi et n’aiment pas reconnaître ce qui est bien. On préfère travestir la vérité parce qu’ils ont des opinions subjectives sur la personne. Moi, je fais de la variété et je veux conquérir le monde. C’est pourquoi je dois changer de genre musical. Je vais pas seulement chanter pour plaire à certaines personnes.

 Arnold Djoud, peut-être un mot à l’endroit de vos fans, du public en guise de conclusion ?

Arnold Djoud : À mes fans que j’appelle mes Ambassadeurs, je leur dit merci pour le soutien qu’ils m’accordent depuis toujours. Parce qu’il y en a qui sont là depuis le début jusqu’à présent. Il y en a qui ont pris le chemin en cours qui sont devenus mes Ambassadeurs aujourd’hui. Je veux leur dire que je suis focus sur le travail, que rien ni personne ne m’arrêtera sauf Dieu. Le meilleur reste à venir. Mon prochain album arrive très bientôt. Ce sera une merveille soyez-en sûrs. Je vous aime. Que Dieu vous bénisse.

Arnold Djoud merci d’avoir répondu aux questions de la rédaction d’info241.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article