CORONAVIRUS

Situation au Gabon
par Info241

En savoir +

Situation épidémiologique

Nouveaux cas Covid-19 rencensés 389
Nombre de décès depuis mars 2020 183 +5

Situation vaccinale

Première dose 100 884
Seconde dose 76 508

% de la population

4,86%
3,68%

Situation globale

1 607 +517 76 508 29 515 +289
Cas actifs Covid-19 Personnes vaccinnées Nombre total de cas
Covid-19 Covid-19
Déviances sexuelles

Accusé d’abus sexuels, le Gabon sommé de retirer ses Casques bleus de la Centrafrique

Accusé d’abus sexuels, le Gabon sommé de retirer ses Casques bleus de la Centrafrique
Accusé d’abus sexuels, le Gabon sommé de retirer ses Casques bleus de la Centrafrique © 2021 D.R./Info241

L’armée gabonaise est depuis 25 ans en Centrafrique via la Minusca. Une présence de 25 ans qui vient de faire les frais d’un retrait définitif suite aux nombreuses accusations qui planent sur le contingent gabonais ces derniers jours. C’est le ministre gabonais de la Défense qui a annoncé ce mercredi, le retrait de ses quelques 450 Casques bleus présents dans ce pays frère à la demande express de la Minusca qui n’en pouvait plus. Des militaires ont choisi de ternir l’image de toute une nation car accusés d’exploitation et d’abus sexuels sur des civils. Une enquête a été ouverte à Libreville sur ces faits.

Info241 sur Whatsapp

L’ONU et le Gabon en Centrafrique c’est fini ! Ainsi en a décidé les autorités onusiennes qui ont fait connaitre leur décision radicale ce 15 septembre à la partie gabonaise qui en n’a eu d’autre chose que de procéder au retrait de ses troupes. Dans son communiqué, le ministère gabonais de la Défense évoque de nombreux griefs qui planent sur le contingent gabonais engagé pourtant auprès des Nations Unies dans une mission de paix en Centrafrique, notamment à Bangui la capitale.

Une caricature osée du dessinateur gabonais Pahé

« Ces dernières semaines, des faits d’une particulière gravité, contraire à l’éthique militaire et à l’honneur des armées, commis par certains éléments des bataillons gabonais (...) ont été rapportés  », reconnait ouvertement le ministère gabonais de la Défense. « Suite aux nombreux cas d’allégations d’exploitation et d’abus sexuels en cours de traitement, les Nations unies ont décidé ce jour du retrait du contingent gabonais de la Minusca », conclu le communiqué.

« En parallèle, une enquête a été ouverte au Gabon au sujet des faits allégués. Si ces faits sont avérés, leurs auteurs seront traduits devant les tribunaux militaires et jugés avec une extrême rigueur », souligne le communiqué des autorités gabonaises. « Le Gabon exige de son armée, sur comme en dehors de son territoire, un comportement irréprochable et exemplaire. Ceux qui contreviennent à cette exigence en subissent les conséquences  », rajoute le communiqué peiné du ministère de la Défense.

Des accusations tout de mêmes graves qui ont obligé les Nations Unies à rompre avec 25 années de collaboration avec l’armée gabonaise. Le Gabon n’es pas le seul pays a faire les frais de telles accusations. La France et le Rwanda s’y seraient adonné également. Un retrait dans la honte pour le Gabon qui ne devrait pas rester sans conséquence pour l’image du pays à l’international.

Info241 sur Whatsapp

Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article